En français/Identidades

Mariage pour tous : des prêtres pour ?

A l’heure où le débat fait rage, les chrétiens pour l’union et l’adoption pour les couples de même sexe sont nombreux. Pourtant on les entend peu. Censure ? Rencontre avec Albert Dupont, prêtre et homosexuel. Il milite pour ce combat qui met l’Eglise dans l’embarras.

Deux prêtre sur le mariage gay

source: humourama.fr

                                                                            Albert Dupont (le nom a été changé par souci d’anonymat) est prêtre, ouvrier et homosexuel. Il vit avec son compagnon depuis 40 ans. Pas commun pour un prêtre catholique dont l’Eglise ne veut pas entendre parler, même s’il fait toujours partie de sa communauté. « On n’en parle pas, et ça ne fait pas de problèmes. » Il vit dans une petite ville d’Île de France, perdue au bout de la ligne du train La ville encore enneigée voit passer tous les jours des étudiants pour la journée. Pour autant, c’est une ville calme, « morte » comme le confie un étudiant en chimie qui attend le train vers Paris. C’est là que j’ai rencontré le prêtre Albert Dupont.

Il aime cette ville mais la paroisse ne correspond pas à ses idées. Il s’y sent « étranger », comme il se sent « loin du discours de l’institution de l’Eglise ». Il est engagé dans l’action de « David et Jonathan », une association qui lutte pour l’égalité des droits des homosexuels depuis des années. Ils travaillent avec des prêtres, mais ne peuvent pas communiquer de nom directement. Albert Dupont considère que si on entend peu les chrétiens pour le mariage homosexuel, ce n’est pas un hasard. C’est un sujet tabou, et même lorsque «les évêques demandent à ce que l’on parle de ça, le Vatican répond qu’on n’en parle pas ».

Un sujet pas très catholique
Malgré la vague des « cathos-contre », certaines voix « rebelles » se font pourtant entendre. Le curé de Quimper, Laurent Laot, a fait parler de lui quand il s’est officiellement prononcé en faveur du mariage pour tous. Et d’autres, à leur échelle, s’expriment plus ou moins timidement. Mais ce sont souvent les oubliés.
Avec une action plus littéraire et intellectuelle qu’il y a quelques années, Albert Dupont n’a pour autant pas arrêté  de se battre depuis qu’il a posé les pancartes des manifs. Entre interviews et textes publiés sur la toile, il essaye d’exprimer le point de vue de nombreux prêtres et chrétiens, mais reconnait qu’il a plus de liberté face aux curés de paroisse. « Les prêtres ouvriers n’intéressent plus l’Eglise ». Sa situation peut commune n’a néanmoins pas toujours été facile à assumer. Ordonné prêtre à l’âge de 25 ans, il a mis 10 ans à « pouvoir [se dire] qu’ [il] était homosexuel ». Il regrette cette culpabilité que lui a imposée son milieu et son diocèse. Une culpabilité que l’Eglise fait peser sur ses fidèles encore aujourd’hui. Le comité des prêtres ouvriers l’a accueilli et il s’est peu à peu détaché de l’institution de l’Eglise, même si, il le répète souvent il n’est « pas là pour descendre l’Eglise, ni pour la défendre ». Son statut un peu hors norme fait qu’il a tout de même moins à perdre que ces « fonctionnaires (de l’Eglise, ndlr) sur qui la pression [de l’institution] est plus forte ».
Il est en effet bien plus facile de trouver des « contre », en accord avec leur hiérarchie. Face aux associations catholiques en tête du cortège lors de la manifestation pour tous du 13 janvier dernier, la voix des « pour » a du mal à se faire entendre. Pourtant, selon un sondage IFOP pour Pèlerin, 60% des catholiques en France se déclarent en faveur du mariage homosexuel. Un décalage entre la réalité et le discours  de l’institution.

Le mariage et l’adoption par les couples homosexuels est un sujet qui dérange, car il montre que comme « pour tous les changements, [l’Eglise] a un ou même plusieurs trains de retard. ». Le père T. m’annonce « [qu’] un bon prêtre est un prêtre qui ne reconnait que le mariage entre un homme et une femme ». A cela Albert Dupont répond en soupirant que l’homosexualité est une des choses auxquelles « on vous apprend à ne pas penser au séminaire, mais le problème est qu’on ne vous dit pas ce qu’il faut penser ». Sur le quai du train il ajoute, une lueur d’espoir dans les yeux, que l’Eglise finira par s’adapter à la société et accepter les changements qu’elle subit. Avec plusieurs trains de retard, certes, mais selon Albert Dupont elle devra l’accepter ou risque de disparaître.

Anuncios

Un pensamiento en “Mariage pour tous : des prêtres pour ?

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s